Qui sommes-nous ?

Elle

Je m’appelle Dung. Je suis née à Saigon, ville surnommée la perle de l’Extrème-Orient. En 1975 à la fin de la guerre du Vietnam, Saigon devient Ho Chi Minh Ville.  Malgré des années de guerres interminables, les vietnamiens sont de nature optimiste. J’ai enseigné pour les petits enfants que j’adore avant d’arriver en France. Le français très différent du vietnamien n’est pas facile pour moi. Installée à Besançon, je trouve cette ville très agréable très différente de la ville d’où je viens.

J’ai appris les premiers gestes de massage dans la tradition familiale vietnamienne. Dans la famille vietnamienne, nous respectons beaucoup nos ancêtres. Ma mère devenue âgée, j’ai appris les premiers gestes de massages pour son mieux-être. Ensuite, j’ai suivi des cours à l’école de massage de la maison culturelle des femmes à Ho Chi Minh ville pour apprendre les gestes et le toucher selon la pratique vietnamienne. Mon apprentissage ne se termine pas là et je fais le vœu de continuer d’apprendre afin de m’améliorer. Quand je retourne dans ma famille au Vietnam, j’apprends de nouveaux gestes de massage selon la tradition vietnamienne en m’inscrivant à un nouveau stage. Je me suis initié au Dien Chan, la réflexologie faciale vietnamienne que je pratique sur moi-même pour améliorer mon bien-être.

Je pratique le yoga, le qi gong et la méditation avec mon mari. La présence est importante dans chacun des gestes du massage. L’esprit doit-être détendu pour le bien-être de la personne massée.

Je sais qu’en Occident, il est important d’avoir des diplômes. C’est pour cela que j’apprends à l’école. Mais dans mon pays, le massage peut s’enseigner avec la pratique et les conseils d’une personne expérimentée ou un maître.

Je vous propose des séances des massages vietnamien et thaïlandais.

Je  propose aussi des massages vietnamiens sur chaise pour les entreprises et collectivités en duo avec Christophe.

Lui

Je m’appelle Christophe. J’ai rencontré Dung au Vietnam. Nous nous sommes mariés au Vietnam selon la tradition vietnamienne dans la famille puis avec nos amis vietnamiens. La famille vietnamienne est très unie et on peut compter sur les amis toujours fidèles.

J’ai une formation grande école d’ingénieur. Avec le temps, je me suis intéressé aux ressources naturelles que possède le corps humain. Au début des années 2000, j’ai commencé le yoga avec un professeur dont la pratique spirituelle m’a initié à la méditation. J’étais un cycliste suffisamment entrainé pour traverser notre beau pays plusieurs fois et les pays voisins avec deux roues et une tente. J’ai ensuite fait de la compétition en course à pied sur piste et sur route et en cross. L’endurance sur route était ma spécialité. Le vélo m’avait aidé à courir le marathon sans difficulté et terminer les distances en ultra comme le 100 km individuel.

Puis j’ai arrêté la compétition suite à un accident et suivi des stages de yoga, qi gong, toumo, méditation … Ces expériences ont été une source d’information inépuisable pour mieux comprendre l’approche holistique pour maintenir le corps en bonne santé. L’activité physique intense n’était pas la meilleure alliée santé. Les sports que j’avais pratiqué de façon intensive dans les années 90 avaient modifié ma fibre musculaire et je manquais de souplesse corporelle.

En parallèle, j’ai voyagé durant une dizaine d’années dans des pays de l’ancien bloc de l’Est. J’y ai fait l’expérience du banya auprès des russes en se flagellant avec des branches de bouleaux frais et goûté le lait de jument dans un marché au Kazakhstan. Après avoir exploré ces pays de l’autre côté du rideau de fer, j’ai commencé à voyager en Asie. Je me suis initié à des pratiques orientales. Ces initiations dérivées des traditions asiatiques et les voyages m’ont appris que des médecines holistiques favorisent l’auto guérison du corps. Je manquais d’une formation solide et spécialisée. Alors j’ai suivi une formation de 520 h en 4 ans de shiatsu pour devenir praticien. Si une formation longue est nécessaire pour acquérir les bases et la compréhension de l’énergétique chinoise, ce qui me semble le plus important est d’améliorer sa pratique dans l’intention et en conscience. Dans le cadre de mon étude en shiatsu, j’ai suivi des sportifs confirmés et haut niveau. Les sportifs qui ont suivi les séances selon un protocole précis récupéraient mieux les entrainements. Ils tombaient moins souvent malades et ressentaient un équilibre serein malgré les épreuves subies par leur corps.
J’ai animé pendant plusieurs années des séances de Do-In, technique d’auto-shiatsu pour des étudiants et personnel de l’enseignement supérieur dans le cadre de campus sport.

Je vous propose les séances de shiatsu et animations de Do-In individuelle, collective ou en entreprise.

Je propose aussi des séances de shiatsu sur chaise pour les collectivités et entreprises en duo avec Dung.

Les commentaires sont fermés