Le choix de ralentir

“L’Âme sait toujours comment se soigner.

Le défi est de faire taire son esprit”

Caroline Myss

Par ce simple exercice répété de ralentir chacun de mes mouvements, je réduis automatiquement le flot de mes pensées, une fois passées les premières résistances de l’esprit si habitué à tout juger, analyser, et contrôler de manière précipitée. Cette simple pratique de ralentissement temporaire de mon existence me permet d’être de plus en plus conscient de ‘omniprésence des pensées de l’esprit, et de ses interférences dans ma vie. Je ne cherche absolument pas à en faire mon ennemi. Il fait partie de moi, c’est un organe immatériel mais essentiel, et il est donc un précieux ami. Agir autrement de créerait qu’un conflit.

Je ralentis, et cela me permet d’observer à la fois la qualité retrouvée, mais aussi les mécanismes de la pensée. Je vois alors toute l’énergie que l’esprit peut déployer pour me ramener dans le rythme imposé auquel j’appartiens depuis tant d’années. Ainsi, je commence déjà à m’en libérer, car, lorsque je vois ce qui est en train de s’opérer, les effets commencent déjà à se dissiper.

Dans ce rythme volontairement inversé, chacun de mes sens retrouve aussi sa juste place qui avait jusqu’alors usurpée.

La qualité reprend le pas sur la quantité.

Je vois ce qui se passe en moi, et ainsi, je réapprends à vivre consciemment à chaque instant.

L’équilibre du rythme naturel de la Vie se rétablit à travers moi, et vient m’aider à mieux accomplir chacun des pas à venir.

Extrait du livre “Espèce d’Abrutis ou le Réveil de l’Humanité”

de Atman

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.