L’intersaison dans la MTC

L’intersaison marque le passage d’une saison à l’autre. Dans la théorie des cinq éléments, elle correspond à l’élément Terre. L’intersaison est parfois appelée la cinquième saison. Ce n’est pas vraiment une saison car sa durée est plus courte et elle apparait quatre fois dans l’année. Le changement de saison n’est pas brutale dans l’énergétique chinoise et l’intersaison assure la transition. C’est l’occasion de récupérer de la précédente et de préparer sereinement la suivante. L’intersaison dure 18 jours.

L’élément Terre :

Le principe de l’élément Terre est l’instant présent, l’enracinement, l’équilibre, le centre, le mental, la tranquillité. C’est l’occasion de marquer une pause et de se recentrer. C’est un retour sur soi que l’on peut accompagner de méditations. La confusion, la nostalgie, la rumination peut marquer cette période de l’intersaison et donc la concentration est un bon exercice pour éviter de se disperser.

Pourquoi ne pas profiter d’une bonne balade en forêt. C’est un retour aux sources en prenant son temps dans la nature. Avec le soleil présent et la nature qui s’est éveillée, c’est agréable de respirer et de se recentrer.

Les organes associés sont la rate et le pancréas et l’entraille, l’estomac. La rate située dans le foyer moyen du triple réchauffeur permet d’extraire le Qi de la nourriture pour remonter vers le poumon et former avec le Qi de l’air l’énergie complexe Zong Qi qui aide le cœur à la circulation du sang et à faire circuler l’énergie dans le corps. L’alimentation occupe une place importante durant l’intersaison. L’estomac n’aime pas la sécheresse et la rate n’aime pas l’humidité. On pensera à manger moins et plutôt léger.

L’intersaison est donc la période où il faut surveiller la digestion.

Une diététique de saison :

Il ne faut pas abuser de nourriture froide car cela fatigue la rate. La diététique chinoise privilégie souvent de manger chaud. Il ne faut pas pour autant se priver de bonnes choses et ne pas hésiter à s’offrir une bonne salade. Le rythme est d’équilibrer son alimentation quotidienne. Le sucre perturbe aussi la rate et donc attention aux excès de glaces qui sont sucrées et glacées. Il ne s’agit pas de s’en priver non plus mais de modérer sa consommation. A l’intersaison qui suit l’été, on a tendance à manger souvent froid. Cela demande au corps de fournir de l’énergie supplémentaire pour réchauffer la digestion.

L’émotion associée à la rate :

L’émotion qui est associée est l’anxiété, les soucis, l’inquiétude. La rate abrite la pensée. Et donc trop réfléchir, ruminer le passé peut avoir une influence sur la rate et l’affaiblir. Faire de la méditation de pleine conscience atténue les effets. Le travail trop intellectuel, trop analyser, les pensées ont des conséquences sur la rate.

L’arrivée de l’humidité :

L’humidité est l’énergie climatique associée à l’intersaison. Il est possible de passer d’une période de sécheresse à un climat humide qui ne sera pas sans conséquence. Pour ne pas accumuler cette humidité, la diététique sera suivie de plus près pour éviter la fatigue de la rate.

Etirement méridiens Terre :

On peut favoriser l’écoulement de l’énergie dans les méridiens du couple rate-pancréas et estomac en étirant les méridiens associés. Le Makko ho correspondant est l’assise sur les talons puis selon la souplesse, il s’agit de se coucher doucement vers l’arrière avec les jambes pliées au sol jusqu’à ce que les avants bras touchent le sol. Si ce n’est pas possible, contentez-vous d’aller où vous pouvez sans percevoir de douleur. La position idéale est de reposer le dos sur le sol avec les jambes repliées.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.