Le diagnostic oriental selon Ohashi

Au sein du corps, chaque organe est considéré dans son rapport avec tous les autres. Si l’énergie se trouve bloquée dans n’importe quelle partie du corps, les autres organes ne sont pas suffisamment approvisionnées en énergie. S’il y a un flux adéquat de Qi à travers le corps, chaque cellule sera nourrie d’une énergie qui donne la vie. Si l’énergie est bloquée, les cellules et les organes suffoquent, à cause d’un manque de Qi.

Dans la tradition orientale, si nous parlons du foie ou de problèmes de foie, nous ne parlons pas des problèmes physiques de l’organe lui-même. Nous pourrions parler de l’organe lui-même ou du méridien énergétique en rapport avec lui; d’autre part, les problèmes qui les affectent peuvent être d’ordre parfois physique, parfois psychologique.

Parce que le mental, l’âme et le corps sont un, chaque caractéristique, qu’elle soit d’ordre émotionnel, intellectuel ou spirituel, possède un organe physique correspondant. Nous disons même que chaque émotion est associée à un organe particulier ou à un groupe d’organes.

L’esprit oriental pense d’une manière holistique et intuitive par opposition à une approche compartimentée et rationnelle. La philosophie orientale est humaniste et artistique, plutôt que technologique. Le praticien oriental observe son patient, le touche, le questionne en détail et l’écoute attentivement.

En diagnostic oriental, nous tâchons de travailler avec les énergies de rétablissement de la santé du patient. Ce n’est pas le thérapeute qui guérit, c’est la patient lui-même. Tout ce que fait le thérapeute, c’est de guider le patient pour qu’il s’aide lui-même à retrouver la santé.

Dans la Chine antique, un médecin était payé pour garder son patient en bonne santé. Si ce dernier tombait malade, le médecin n’était plus payé. La prévention était la fonction primordiale de la médecine.

Dans l’esprit du diagnosticien oriental, un mal de tête, une éruption cutanée ou une digestion difficile peuvent être la conséquence de problèmes rénaux, du foie ou de la rate, dont l’origine est à son tour à rechercher dans l’alimentation, le niveau de stress ou d’éventuels troubles d’ordre psychologique. L’approche orientale serait de proposer des modifications dans le mode de vie du patient.

La médecine orientale complète la médecine occidentale. Les deux ont leur propres forces et leurs propres faiblesses. Le thérapeute oriental emploie une approche douce; il confronte les problèmes alors qu’ils ne sont pas trop importants. L’Oriental adopte un point de vue global lorsqu’il administre ses soins de santé et qu’il met l’accent sur la qualité de la vie. La médecine occidentale est hautement spécifique. Le docteur en médecine dispose des pouvoirs les plus grands pour la gestion des crises, gérant les problèmes ayant atteint des proportions importantes. Le monde médical occidental tend à privilégier la quantité de vie, ou longévité.

Extrait de “Comprendre le langage du corps” de Wataru Ohashi

Ohashi, maître de shiatsu de renommée internationale, est né en 1944. Après avoir fondé son école en 1974, il dépose la marque Ohashiatsu et forme de nombreux enseignants. Il donne des cours dans des universités, des écoles professionnelles ainsi que des centres d’études orientales dans le monde entier.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.